Menu
Agenda
<< Aout 2017 >>
DLMMJVS
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  



Archives
  • Août 2017
  • Du lundi 04 septembre au vendredi 15 septembre

    stage AFDAS Adell Nodé-Langlois


    adell

    S’écrire Clown-e et rire de ses cris

    date limite pour les inscriptions : le 11 août 2017

    Chaque clown-e est porteur d’une histoire fondatrice. Nous chercherons à en établir le point de départ, les premières pistes, et les thèmes fondamentaux, afin d’engager chaque clown-e plus en avant, sur son chemin personnel d’écriture et de création.

    La raison d’être de ce stage

    Le/la comédien-ne nourrit son/sa clown-e de son histoire, de sa culture, de ses expériences de vie, de ses révoltes, et de sa fantaisie.

    Le/la clown-e n’est pas « interprète ». Il ou elle est généralement auteur-e de ses actions, voire de ses textes. Et même s’il ou elle se trouve, confronté-e à des textes déjà écrits, un-e clown-e devra les faire « siens ».

    L’écriture clownesque est rarement abordé lors de stage de clown, et pourtant chaque clown a besoin de trouver son style, son rythme, ses ruptures pour développer toute sa singularité. C’est un travail qui demande beaucoup de temps et d’intériorité. Le réaliser au sein d’un groupe, permet de tester immédiatement les pistes trouvées, en face d’un public, et ainsi d’avancer plus concrêtement. Quand je parle d’« écriture clownesque », j’englobe toutes les écritures, c’est-à-dire les écritures textuelles, physiques, et visuelles.

    Mon expérience d’accompagnement de clown-e s que ce soit au cours de stages, ou au cours de mise en scène, me montre à chaque fois que devenir clown-e part d’une nécessité. On ne devient pas clown-e par hasard. A un moment de vie, souvent suite à une rupture, qu’elle soit émotionnelle, géographique, physique, la « nécessité de dire » devient urgente et le clown-e s’impose à l’acteur-trice, comme une évidence.

    Ce personnage est souvent vécu comme un jaillissement, mais le passage à l’écriture d’un spectacle qui donnera tout le relief de ce clown-e, est un labyrinthe dans lequel bien des clowns se perdent.

    En effet, la parole du clown est une écriture spécifique, qui doit éviter l’écueil psychologique, et rebondir dans des endroits totalement inattendus pour le spectateur, que ce soit par la forme ou par le fond.

    Le travail en stage sur une semaine permet de définir les contours de son/sa clowne, de mettre en place sa silhouette, son costume, sa voix, ses rythmes, sa palette d’émotions, et de commencer à explorer l’improvisation en solo, duos ou en groupe.

    Mais nous avons besoin d’une semaine supplémentaire pour avancer dans l’écriture personnelle de chaque clown-e, que ce soit au niveau des thèmes exprimés, qu’au niveau du style employé.

    Il ne s’agit aucunement de proposer d’écrire en deux semaines un solo pour chaque participant. Ce serait impossible. Mais par contre, il s’agit de guider chaque clown-e vers son propre univers, de l’amener à trouver le fil de départ qui lui permettra de tisser par la suite, s’il/elle le souhaite, un travail plus conséquent.

    J’ai, en tant que clowne, metteure en scène et pédagogue, noté à plusieurs reprises, que des personnes qui avaient réussi à composer un-e clown-e très intéressant-e, avaient du mal à accéder à l’écriture d’un spectacle qui permettrait au clown-e de garder, et même de développer, toutes les facettes de sa complexité. Souvent, les spectacles ont tendance à « aplatir » le/la clown-e.

    Le/la clown-e est un personnage intuitif, complexe, tout en ruptures. L’écriture du spectacle ne doit donc pas suivre un schéma psychologique, voire narratif. Il faut, par le biais de la singularité de chaque clown, mettre le doigt sur une audace, un paradoxe, une transgression. Le/la clown-e dénonce sans le savoir, il/elle dénonce simplement par le fait d’exister. Il/elle pousse des portes par naïveté. Ce stage nous permettra, je l’espère, de trouver quelles portes chaque clown-e participant aura envie d’ouvrir, avec un grand éclat de rire !

    Adèll Nodé-Langlois

    Clowne, metteure en scène, pédagogue.

    FORMATION :

    2016 Stage de dramaturgie avec Barbara Demaret

    2015 Atelier d’écriture avec François Cervantès

    2014 Atelier d’écriture avec Eugène Durif

    2013 Stage de dramaturgie avec Michel Cerda

    2005-06 Formation professionnelle de clown au CNAC avec Paul-André Sagel

    2001 Laboratoire « Prendre le risque de la poésie et de l’éphémère » avec Guy Alloucherie

    1990-93 Ecole Nationale de Cirque de Montréal (Québec)

    **Spécialités : **

    Trapèze ballant et jeu d’acteur (technique Lecoq)

    1976-90 Danse classique et contemporaine (Anne Koren, Merce Cunningham, Jose Limon…)

    Accordéon diatonique et guitare électrique

    **EXPERIENCES PROFESSIONNELLES : **

    2017-18 : Mise en scène, co-écriture et direction clownesque pour « Le bout du fil » Cie Au fil du Vent.

    Création personnelle (en cours) d’un solo clownesque.

    Début du projet « J’ai planté des clowns dans mon jardin » entresorts clownesques dans des jardins remarquables. Participation aux Folies Foraines de la Friche la Belle de Mai (Marseille) ainsi qu’à Avallon, dans les jardins-terrasses.

    2015-17 : Mise en scène, co-écriture et direction clownesque pour « Les Botanimenteurs » Cirque Végétal, « Bottom » cie Cahin-Caha, « l’envol de la fourmi » Cie Au fil du vent.

    2016 : Est invitée à créer à Toronto (Canada) par la cie Femmes de Feu, un spectacle avec douze artistes de cirque canadiens et américains. Ce spectacle a été joué au Harbourfront theater à Toronto (Canada)

    2015 : Création de « Projet Penthésilée » de Catherine Boskowitz, pour six comédiens et une clowne. Cie ABC. La pièce a été jouée en région parisienne et notamment une trentaine de fois, en mai, au Théâtre Antoine Vitez à Ivry-sur-seine.

    2014 : Création d’ «Un Bruissement d’elle » solo de clown pour le Bus-Théatre de l’Yonne en scène, 30 représentations en itinérance en Bourgogne

    Depuis 2013 : Donne régulièrement des stages de clown au Samovar et au CNAC

    2013 : Création de « La Fascination du Désastre », trio de clowns tombés au fond du gouffre, en compagnie d’Alexandre Demay et Estelle Beugin. Tournée en France.

    En 2011 : Fonde la compagnie « Atelier 29 »

    En 2010 : Création de « Carnets d’une voleuse ». elle s’inspire librement des thèmes chers à l’écrivain Jean Genet dont on célèbre les 100 ans de la naissance. Elle y célèbre les voyous, les voleurs comme des sortes de frères d’armes des clowns : des êtres marginaux, hors normes. Des voyous et des clowns finalement pas si éloignés de la figure de l’Ange. Elle est accompagnée par le musicien-violoniste Mayeul Loisel. Tournée en France

    De 2008 à 2014 : artiste associée au Manège de Reims, scène nationale, qui devient producteur délégué de ses pièces.

    En 2007 : Crée son premier solo « Antigone, monologue clownesque ». Elle s’attache à la figure de la rebelle Antigone. Antigone fait face à la mort et au rire. C’est une figure poétique et sacrifiée. Elle joue ce spectacle plus de cent cinquante fois, en France mais aussi à Lisbonne et Helsinki.

    2005-13 : Donne régulièrement des stages de clown à la Villette pour « Villettes en piste », et au théatre d’Auxerre.

    De 1993 à 2006 : Création collective de « cirque d’images » en 94, puis « la Maison Autre » en 99, « Entre chien et loup » en 2004 et «cirKoba » en 2005. Ces spectacles ont été présentés en tournées en France, en Europe, en Chine, Tchéquie, Cambodge et Australie.

    Pendant ces treize années, elle est également trapéziste pour d’autres compagnies : Le cirque Flora (USA), Le Cirque Plume, Les Arts sauts, La cie Cahin-caha. 1993 co-fondatrice du cirque Pochéros

     

    Partager :
    par mail
    sur facebook
    Réserver / Acheter le billet :
    par email

     

    English | Espagnol

     

    Le Samovar 165, avenue Pasteur 93170 Bagnolet